Commentaire (2)

  • Olivier Delécluse| 28 avril 2019

    Cette approche scientifique est une merveille d’intelligence et rend plus optimiste quant à la viticulture (et sans doute aussi l’agriculture en général) de demain. Les Chinois seront certainement enthousiastes eux qui ont si peu de terre disponible pour une population si nombreuse.

    • didier Langlois| 30 avril 2019

      Oui effectivement. En tous les cas c’est un plaisir de retrouver Claude et Lydia Bourguignon.

  • Répondre

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *

    code