LE VIN EST-IL UN ALIMENT SANTE ?

Par le Docteur Jean-Pierre Rifler : Mémoire pour le D.U Alimentation Santé et micro-nutrition.

Pour les non spécialistes vous pouvez aller jusqu’à la page 36 (pages très intéressantes sur l’histoire de la relation vin et santé), après ça se corse. Les données scientifiques ont donné lieu en partie à l’article diffusé dans la revue scientifique Diseases nov.2018 Un repas sans vin est-il bon pour la santé ? par le docteur Jean-Pierre Rifler du Centre hospitalier de Haute Côte d’Or. Publié : 16 novembre 2018

Résumé de l’article de la revue scientifique Diseases : Hippocrate, le père de la médecine, avait dit : “Le vin est une chose merveilleusement appropriée à l’homme si, en santé comme en maladie, il est administré avec des mesures appropriées et justes en fonction de la constitution individuelle.” Le vin a toujours accompagné l’humanité, pour la religion ou pour la santé. Chrétiens et juifs ont besoin de vin pour la liturgie. Pour Platon, le vin était un élément indispensable pour la société civile et les plus importants dans le colloque. Dans cette deuxième partie du banquet, mêlée de l’eau, le vin a donné l’ordre. Si le paradoxe français a fait couler beaucoup d’encre, c’est le vin qui en était à l’origine responsable. De nombreux chercheurs ont tenté d’étudier l’alcool et les polyphénols dans le cadre de projets de recherche financés par les le vin, pour résoudre le mystère. Au-delà de ses effets cardiovasculaires, il y a aussi des effets sur la longévité, le métabolisme, la prévention du cancer et la neuroprotection, et la liste continue. L’objectif de ce travail est de faire une analyse des connaissances actuelles sur le sujet. En effet, si le paradigme des antioxydants est séduisante, c’est peut-être par leur effet pro-oxydant que les polyphénols agissent, par leur action antioxydante. processus épigénétique médié par nrf2. Le vin est une réserve d’antioxydants pour l’hiver et c’est par cette propriété que le vin agit, dans une solution alcoolique. Un vin sans alcool est une hérésie pure.

Le vin est l’élixir qui, par sa conception, depuis des millénaires, agit comme une pharmacopée qui a permis à l’homme de guérir et prospérer sur la planète. D’Alvise Cornaro à Serge Renaud, la nutrition a été la clé pour la santé et la longévité, que ce soit le régime crétois ou d’Okinawa, c’est la petite dose d’alcool (vin ou saké) qui permet la biodisponibilité des polyphénols. Une consommation modérée d’alcool protège et un potentiel de longévité. En conclusion, buvons moins, mais buvons mieux, pour vivre plus vieux.

voir le mémoire en cliquant ICI

Voir l’article complet en anglais de la revue scientifique Diseases en cliquant ICI

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code